Image entete

Club pêche mouche de Colomiers


Ode à la belle Aude


Je venais de pêcher deux heures durant une rivière magnifique, mais où toute apparence de vie semblait absente; les promenades de ma mouche sur l’onde claire n’ayant été troublées que par une libellule curieuse qui était venue la survoler de près. 

Lorsque je vis ma mouche disparaître dans un imperceptible remous suivi d’un fugace éclair doré sous la surface, je sentis d’emblée que les minutes qui allaient suivre seraient exaltantes. Je ferrais d’instinct, et ce que je ressentis dans le poignet confirma ma première intuition. 

Une force lourde, doublée d’une vigueur désordonnée mais puissante qui entraînait inexorablement ma ligne vers les profondeurs des souches sur la rive d’en face, me rendit d’un coup d’une fébrilité d’adolescent regardant sa toute première petite amie arriver à son tout premier rendez-vous. 

D’une main moite je retenais la soie tout en relevant progressivement la canne, les yeux partout à la fois, là bas dans l’eau sombre et profonde au ras des branchages de buis, au-dessus de moi dans les branches de noisetiers, en aval, en amont, supputant déjà l’endroit le plus adéquat où il faudrait jouer de l’épuisette pour mettre au fond du filet la belle dame mouchetée que je venais de piéger.

Une ou deux secondes je ne sentis plus rien, l’espace d’un instant, le doute m’envahit, y était-telle encore? Un coup de tête, puis un autre suivi d’une gerbe d’eau éclaboussant le courant, une pirouette terrible et un retentissant splash ! 

Me prouvaient qu’elle y était bien, et qu’il allait falloir «se la gagner». A présent elle m’obligeait à lâcher un peu de soie pour la faire descendre en dessous de moi. Je rabattais la pointe du scion en amont presque à toucher l’eau, le poisson peu à peu cédait, mais pour mieux revenir vers le milieu de la rivière espérant trouver dans le courant un allié qui lui permettrait peut-être de me fausser compagnie par une casse. 

Je relevais ma dix pieds, la «bête» continuait de donner de furieux coups de tête, l’ayant amenée dans le mou plus calme en bordure du courant, je me sentais plus serein pour lutter avec la belle. Je rendais la main sans détendre la ligne, et je l’admirai superbe dans sa robe irisée, le soleil de fin d’après midi qui éclairait le torrent à cet endroit ajoutait à la beauté du tableau. 

Encore un, deux départs, vite maîtrisés et je bloquais la soie, mouillait l’épuisette profond, et après quelle eut un sursaut bien vite réprimé elle se rendit et vint enfin à ma merci. 

Au coup d’œil je jaugeai ma prise, deux livres au moins.… je baignais dans une douce euphorie, la contemplant, tout en la ré-oxygénant durant un long instant et en la félicitant pour sa bravoure. 

Je l’effleurais d’un baiser du bout des lèvres et délicatement là rendais à son élément, sachant qu’avant la nuit je pouvais repartir vers d’autres conquêtes. Ce soir là il y en eut trois de plus, qui succombèrent au charme de mes mouches, mais pas aussi belle. Le soir tombait comme un bonheur. 

Il faisait bon, le soleil couchant embrasait le sommet des roches surplombant la vallée, m’arrachant à cette contemplation, repu de fatigue et de satisfaction, les jambes un peu lourdes, mais le cœur léger, je regagnais ma voiture ne pensant plus à rien. 

En ce temps là j’avais trente ans, et j’étais un amant empressé et très assidu auprès de la belle Aude. Aujourd’hui j’ai soixante sept ans ma barbe et mes cheveux ont blanchis et je ne peux plus l’étreindre comme avant ! 

Les jeunes que j’ai eu le plaisir de voir pêcher lors de l’une de mes dernières visites sur ses rives, sont ses nouveaux amants, je l’ai lu dans leurs yeux et c’est réconfortant. Je suis sur qu’ils auront à cœur de la chérir et de la défendre pour quelle puisse longtemps encore leur procurer du plaisir comme a moi en son temps. 

N’oublions jamais que pour quelle se livre totalement à nous pêcheurs et amants, toute rivière doit-être aimée, choyée et protégée, c’est le prix que nous avons à payer pour la mériter !

Serge Cambon

Saint-Lys le 28/11/2010



La belle AudeLa rivière Aude en automne - Crédit photo : Daniel Pagés
Photo pêcheur
Photo relache
© Copyright 2012 - Club pêche mouche de Colomiers - Tous droits réservés | Plan du siteMentions légales | Contact |  Partenaires : mouches pêche